De plus en plus d’Américains font confiance au président Trump que les médias «dominants» de fausses nouvelles discréditées

De plus en plus d’Américains font confiance au président Trump que les médias «dominants» de fausses nouvelles discréditées

Dans un autre coup porté à la crédibilité effrénée des médias de l’establishment de Washington, un nouveau sondage a révélé que les Américains font plus confiance au président Donald Trump qu’aux «journalistes» qui l’attaquent sans cesse avec de fausses nouvelles.

Comme l’a rapporté Lifezette, le récent sondage de Fox News a révélé que 45% des Américains avaient confiance en Trump pour «dire la vérité au public» contre 42% qui, incroyablement, font toujours confiance aux médias «traditionnels», malgré des semaines et des semaines de faux reportages. , fausses histoires et passer des allégations sans fondement comme des nouvelles factuelles.

Lifezette a rapporté:

Près de 45% des 1 013 électeurs interrogés entre le 11 février et le 13 février déclarent faire confiance à l’administration Trump plutôt qu’à des journalistes couvrant l’administration du président pour «dire la vérité au public». Environ 42% des électeurs se sont rangés du côté des journalistes. président, alors que 10% n’ont choisi ni l’un ni l’autre, deux pour cent ont choisi les deux, et un pour cent ont répondu qu’ils ne le savaient pas.

Cela dit, une majorité de répondants – 55% – ont dit qu’ils voulaient toujours que les médias couvrent «agressivement» la Maison Blanche au lieu de donner à Trump le «bénéfice du doute». (CONNEXE: Trump a raison quand il s’agit de la loi En ce qui concerne son ordre exécutif d’interdiction de voyage, et le WaPo est incorrect)

Mais cela a toujours été le travail des médias – couvrir les deux parties « agressivement » et sans préférence pour les démocrates ou les républicains. Pourtant, comme nous l’avons vu peu de temps après les élections du 8 novembre, Trump a reçu beaucoup plus de fausses nouvelles que son prédécesseur, l’ancien président Obama. Et franchement, c’est bizarre, étant donné qu’Obama a poursuivi plus de journalistes en vertu de la loi de 1917 sur l’espionnage que tout autre président avant lui.

Et pourtant, même avec ce genre de dossier de poursuites contre le Fourth Estate, les reporters de l’establishment de Washington ne sont jamais allés à Obama comme ça – ou le challenger démocrate de Trump, Hillary Clinton, malgré le fait qu’elle était manifestement corrompue de six manières différentes depuis dimanche.

La rivalité de la presse avec Trump n’aide pas beaucoup la réputation des médias, surtout parmi les partisans de Trump, qui sont avec lui, peu importe ce que fait la presse à lamestream pour essayer de le détruire. C’est une chose qu’ils ne comprennent pas; Seul Trump peut détruire la confiance de ses partisans en lui, rien de ce que le Washington Post, le New York Times, CNN, ou n’importe lequel des autres points de vente de l’établissement pourraient rapporter.

Ce résultat de sondage a aussi du sens quand on le compare à une autre réalité surprenante: la popularité de Trump n’est vraiment pas dans les toilettes comme le prétendent les «enquêtes» des médias grand public. Rasmussen rapporte que Trump a obtenu un taux d’approbation de 55%, ce qui est bien au-dessus des 40-45% d’opinions qui, selon les médias, surestiment les démocrates pour obtenir leurs résultats.

Cela n’a jamais eu aucun sens. Les grands médias rapportaient les «cotes d’approbation décroissantes» de Trump presque immédiatement après son entrée en fonction, suggérant que des millions de personnes qui avaient voté pour Trump éprouvaient des sentiments de regret et de remords. Ce n’était rien par un PSYOP par les médias, beaucoup dans la façon dont ils ont essayé de dépeindre le vote Brexit comme une «aberrance», une «erreur» par les citoyens britanniques: Ce n’est pas vrai et n’a jamais été. (CONNEXE: Faux Nouvelles CNN insinue Trump est mentalement instable … vont-ils jamais cesser de mentir?)

Comment des millions de partisans de Trump pourraient-ils l’abandonner si soudainement après avoir refusé de le quitter pendant les mois de la campagne, quand il a été raillé, barbouillé, calomnié, menti et attaqué sans relâche?

La dernière histoire des médias est que l’administration de Trump est «un gâchis» et «dans le chaos», mais c’est aussi un mensonge. Le président lui – même l ‘a réfuté et, encore une fois, les preuves ne sont pas là pour le soutenir, en dépit des nombreuses et diverses fuites venant de diverses factions #NeverTrump du gouvernement américain. Mais, évidemment, cela n’a pas empêché les suspects habituels dans les médias d’essayer de vous convaincre du contraire.

La leçon ici est simple: Trump gagne et conserve sa crédibilité alors que les mêmes médias qui ont essayé de le détruire et de le délégitimer dès le départ continuent à perdre confiance et crédibilité. Attendez-vous à ce que ces tendances continuent.

J.D. Heyes est un rédacteur principal pour NaturalNews.com et NewsTarget.com, ainsi que rédacteur en chef de The National Sentinel.