La fortification alimentaire réduit les cas de spina bifida au Canada

La fortification alimentaire réduit les cas de spina bifida au Canada

La fortification de la nourriture d’un pays avec de l’acide folique réduit considérablement l’incidence du spina-bifida défauts du tube. Cet avantage se produit sans masquer la carence en vitamine B12 chez les personnes âgées, un risque théorique de fortification alimentaire avec de l’acide folique. Ce sont les conclusions de chercheurs canadiens qui ont étudié la population de Terre-Neuve, région où les taux de malformations neuronales sont historiquement élevés. Grossesse et accouchement 2004; 4: 20). Ils ont constaté que le taux de ces défauts était inférieur de 78% après l’enrichissement. Ils concluent que les aliments enrichis en acide folique devraient être conservés au Canada. En 1998, la farine blanche, les pâtes et la farine de maïs enrichie d’acide folique ont été enrichies au Canada pour augmenter la consommation d’acide folique chez toutes les femmes en âge de procréer. La farine blanche est enrichie en acide folique à raison de 0,15 mg pour 100 g de farine. Cela devrait augmenter la consommation d’acide folique chez les femmes en âge de procréer d’environ 100 microgrammes par jour.Ce niveau d’enrichissement est prudent, non seulement pour protéger la population non ciblée des concentrations élevées, mais aussi parce qu’il est presque impossible d’augmenter le niveau recommandé pour les femmes à faible risque, 400 microgrammes par jour. elle pourrait masquer une carence en vitamine B12, une affection affectant 10 à 15% des personnes de plus de 60 ans. Des quantités plus importantes d’acide folique peuvent éliminer les signes hématologiques de la carence en vitamine B12 et ainsi retarder le diagnostic et le traitement. Pour cette raison, Catherine McCourt de la Division de la surveillance de la santé et de l’épidémiologie de la Direction générale de la santé de la population et de la santé publique L’Ontario et ses collègues ont entrepris une étude exhaustive sur la population. L’étude a porté sur les femmes âgées de 19 à 44 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans de novembre 1997 à mars 1998 et de novembre 2000 à mars 2001. La proportion de malformations du tube neural est passée de 4,36 en moyenne 1000 naissances après la fortification. L’apport alimentaire moyen en acide folique après enrichissement était de 70 microgrammes par jour chez les femmes âgées de 19 à 44 ans et de 74 microgrammes par jour chez les personnes âgées. (La proportion de femmes âgées de 19-44 ans prenant un supplément vitaminique contenant de l’acide folique est passée de 17% à 28%.) Bien que des augmentations significatives de folate dans le sérum et dans les globules rouges aient été observées chez les personnes âgées après fortification, La déficience en vitamine B12 chez les personnes âgées n’a pas changé de façon significative et aucune preuve n’a été démontrée de l’amélioration du statut folique masquant les manifestations hématologiques de la carence en vitamine B12. Les auteurs écrivent: «Selon ces résultats, l’enrichissement obligatoire des aliments au Canada devrait se poursuivre. L’éducation du public concernant l’utilisation des suppléments d’acide folique par les femmes en âge de procréer devrait également se poursuivre. «