Les pharmaciens colportent «la poussière des fées» au lieu de la médecine: chroniqueur

Les pharmaciens colportent «la poussière des fées» au lieu de la médecine: chroniqueur

Les pharmacies communautaires encouragent la vente de médicaments complémentaires qui ne sont pas cliniquement prouvés ou conformes aux exigences réglementaires, affirme un chroniqueur national.

Dans son article publié dans The Australian, la chroniqueuse Cassandra Wilkinson affirme que les pharmaciens se sont tournés vers la vente de médicaments complémentaires ou alternatifs lucratifs, sapant ainsi leur «relation médicale de confiance» avec le public.

Mme Wilkinson a décrit sa propre expérience personnelle récente dans une pharmacie communautaire, où un pharmacien a recommandé les services du naturopathe du magasin plutôt que des médicaments.

Malheureuse de cette recommandation de «poussière de fée», Mme Wilkinson a souligné d’autres exemples de pratiques pharmaceutiques douteuses, telles que les pharmacies annonçant «la médecine naturopathique et alternative avec des produits de beauté et de régime».

Mme Wilkinson a également visé les règlements entourant la pharmacie, notant que son collègue chroniqueur australien Janet Albrechtsen avait soutenu que l’industrie de la pharmacie pouvait bénéficier de ses propres règles anticoncurrentielles, empêchant d’autres entreprises de vendre des médicaments.

« Les pharmaciens qui continuent d’exiger que les contribuables et les consommateurs supportent leur racket de protection nous doivent au moins vendre uniquement des médicaments », a déclaré Mme Wilkinson.

George Tambassis (photo), président national de la Guilde de la pharmacie d’Australie, a déclaré que Mme Wilkinson avait droit à son opinion, mais qu’elle avait généralisé les médicaments complémentaires d’une manière injuste pour les pharmacies communautaires.